David McAllister : L’Allemagne et la France, moteurs de l’Europe
26274
post-template-default,single,single-post,postid-26274,single-format-standard,cookies-not-set,qode-social-login-1.1.2,qode-restaurant-1.1.1,stockholm-core-1.0.5,tribe-no-js,tribe-bar-is-disabled,select-theme-ver-5.0.7,ajax_fade,page_not_loaded,vertical_menu_enabled,menu-animation-underline,side_area_uncovered,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

David McAllister : L’Allemagne et la France, moteurs de l’Europe

L’amitié franco-allemande telle que la concevaient le président de Gaulle et le chancelier Adenauer est restée depuis lors l’élément central de l’Union européenne. La France et l’Allemagne ont donné corps à bon nombre d’initiatives ambitieuses et ces deux pays ont toujours fait preuve de la force nécessaire pour travailler de concert à de grands projets. Je souhaite que cette entente se poursuive dans l’avenir.

À l’heure où la politique étrangère est des plus délicates, nous sommes résolus à raviver l’amitié franco-allemande avec succès. Ensemble, nous pouvons donner un nouvel élan à l’Europe.

Nous travaillons au rapprochement et à l’harmonisation de l’impôt sur les sociétés entre nos deux pays, ce qui démontre clairement notre volonté de conquérir les marchés et de convaincre les investisseurs.

Le développement des machines dites à intelligence artificielle entraînera d’importantes innovations dans le domaine technologique à l’échelle mondiale et aura une incidence sensible sur tous les aspects de notre économie et de notre quotidien.

L’Allemagne et la France doivent relever ce défi ensemble et briguer le statut de chef de file mondial pour ces technologies: après Airbus et Ariane, il s’agirait là d’un nouveau grand projet européen.

Outre l’amitié et la coopération franco-allemandes, nous avons aussi noué des liens de coopération solides avec un autre de nos voisins, la Pologne. Nous entendons les poursuivre et les renforcer, au même titre que la coopération germano-franco-polonaise dans le cadre du triangle de Weimar.